Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Souffle inédit





  • Jusqu’au boutisme !… / Ailée

    Jusqu’au boutisme !… / Ailée0

    Toujours plus loin au risque de se perdre:   Loin, Plus loin, Encore plus loin, Perdre son étoile, Se perdre…   Toujours plus profond au risque de se noyer:   Profond, Plus profond, Encore plus profond, Perdre son souffle, Se noyer…   Mais un seul souffle suffit pour renaître ! Un seul mot d’ordre suffit

    Lire la suite
  • Laisser entrer le soleil… / Ailée

    Laisser entrer le soleil… / Ailée0

    Laisser entrer le soleil  [i]     Rien ne se perd, ni même ce qui a fait défaut. Ce qui fait défaut marque par son absence. Et comme « le silence n’est pas l’équivalent de l’absence de bruit  […] » [ii], les coches ratés, les non vécus ne sont peut-être pas les vides que l’on

    Lire la suite
  • DORURE ÉTOILÉE  / Saeeda OTMANETOLBA

    DORURE ÉTOILÉE / Saeeda OTMANETOLBA8

    Je voyage et pourtant !   Mes bagages ne sont pas très lourds   Mes mots épousent la dorure de ce matin   Comme Octave épousant la pauvre Hyacinthe   Pour aimer, mentir et puis courir dans l’absence des mots   Pour humer l’odeur suave des violettes de la jacinthe         Apprendre

    Lire la suite
  • En-vol / Ailée

    En-vol / Ailée0

    La pire des viol-ations, celle que l’on ne pourrait ni reconnaître, ni nommer, celle qui échappe aux cases prédéfinies, celle où la domination voilée fait asseoir son voile pour ne plus voir, Voler le regard… Perdre le discernement ! Celle où les coupables croient œuvrer pour le bien des victimes et où les victimes se

    Lire la suite
  • « Les chemins de la terre » Par Hyacinthe

    « Les chemins de la terre » Par Hyacinthe2

    « Les chemins de la terre » en compagnie de Ce que dit le Nuage d’Enza Palamara Par Hyacinthe L’ombre de la nuit Poésie, vie à l’infini     Un proverbe méditerranéen dit, sans doute à juste titre, que Celui qui exerce le même métier que toi est ton pire ennemi. Cela peut à chaque instant se

    Lire la suite
  • Vivre

    Vivre0

    Un bal masqué terne, sans musique. Un mètre, deux mètres séparent les danseuses. Sans tempo, le cœur a cessé de battre. Mon corps se tortille, de règles en interdit, d’interdit en censure. Il est l’obsession des puissants. Les justifications diffèrent : Dieu, la République, la pudeur ou la santé. Je ne suis pas de nature,

    Lire la suite