Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Souffle inédit


SEMBLABLEMENT…/ Didier Colpin

SEMBLABLEMENT…/ Didier Colpin

Au creux d’une déprime Le baume d’une rime Est de panser l’instant Qui vibre et se distend…   C’est une onde qui passe Et qui nous dédicace Un bouquet de toujours Sous des cieux sombres lourds…   Cette onde intemporelle Est une passerelle Vers nos frères d’hier Le temps nous est offert…   Sur cette

Au creux d’une déprime

Le baume d’une rime

Est de panser l’instant

Qui vibre et se distend…

 

C’est une onde qui passe

Et qui nous dédicace

Un bouquet de toujours

Sous des cieux sombres lourds…

 

Cette onde intemporelle

Est une passerelle

Vers nos frères d’hier

Le temps nous est offert…

 

Sur cette voie humaine

Une identique peine

Sans fin sur nos talons

Sait poser ses jalons…

 

Tout demeure semblable

Le pire l’effroyable

Restent au rendez-vous

Nous mettent à genoux…

 

Sans cesse le poète

A su comme un prophète

Dépeindre le souci

Qui là nous obscurcit…

 

Ces maux qui nous chagrinent

Que nos pleurs entérinent

Sont le socle commun

Qui définit l’Humain…

 

Les Hommes n’ont qu’une âme

Au sein d’un même drame

Intemporellement

L’éternité leur ment…

 

C’est sans hypocrisie

Que toute poésie

Décrit l’Humanité

Dans son égalité…

 

Hier demain ressemblent

A cet arbre qui tremble

Sous un vent continu

Qui souffle et met à nu…

 

 

 

 

 

 

Didier COLPIN est né en 1954 dans une petite ville de l’Ouest de la France.

Deux muses aiment venir le hanter : la Femme et la mort ou dit autrement l’amour et le sens de la vie.

La poésie est pour lui le contraire de Twitter et de sa rapidité. Elle est un arrêt sur image… Sur un émoi sur un trouble sur la Beauté sur la laideur.

Le tout vu, ressenti à travers le prisme qu’est son regard où deux plus deux ne font pas toujours quatre…

Par le petit côté de sa lorgnette…

Il écrit sans chercher à échapper à ses propres contradictions, en suivant l’objectivité de sa subjectivité (à moins que ce ne soit le contraire) et en essayant, avec plus ou moins de ‘succès’, de respecter l’esprit de la prosodie classique, passionnant Rubik’s Cube, vaste gnose, vaste ésotérisme…

Mais sa poésie n’a que peu de ponctuation : il aime l’aspect épuré de poèmes ainsi dénudés.

 

 

Tableau de Claude Monet

 

 

2 commentaires
Souffle Inédit
ADMINISTRATOR
PROFILE

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

2 Commentaires

  • COLPIN Didier
    3 février 2021, 5 h 48 min

    Sincère et grand MERCI à "Souffle inédit" pour avoir retenu ce poème !
    COLPIN Didier

    Répondre
    • Souffle Inédit@COLPIN Didier
      7 février 2021, 12 h 51 min

      Merci à vous cher poète pour votre belle contribution. Salutations poétiques

      Répondre