Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Souffle inédit


Les ailleurs d’un délire / Ahmed Khettaoui

Les ailleurs d’un délire / Ahmed Khettaoui

Pourquoi lorsque je déterre mes droits Mon sort épluche la peau de ma voie !! Pourquoi lorsque mes soupirs chantent à haute voix !! Ma détresse chipe ma foi ?   Lorsque je manque mon convoi. Ma caravane tienne sa promesse Et tourne autour de mes voies !! Est-ce que c’est le désastre qui allaite

Pourquoi lorsque je déterre mes droits
Mon sort épluche la peau de ma voie !!
Pourquoi lorsque mes soupirs chantent à haute voix !!
Ma détresse chipe ma foi ?

 


Lorsque je manque mon convoi.
Ma caravane tienne sa promesse
Et tourne autour de mes voies !!
Est-ce que c’est le désastre qui allaite ma sagesse ?
Ou c’est la déité qui caresse mes émois …
Et devienne ma déesse ?

 


Quand je soupire dans le gouffre de mes malaises
Ma sphère aboie comme un chien !
Le destin transpire ses remords entre montagnes et falaises !
Et ma joie, danse à rebours de ses tiens.
Quand je fis mes reproches à mes maux
les cieux s’inclinent devant moi.
Mon ode taquine ses dictions et ses mots.
Mes rimes enlacent mes émois.

 


Pourquoi lorsque j’entends le murmure de l’enfer.
Ma quiétude agite le son du tonnerre.
Quand Sisyphe se détache de sa pierre
Mon élégie injure mes prières.

 


Est-ce que j’ai bridé le roucoulement des tourterelles.
Ou bien j’ai enterré le contenu de mon recueil. !
Crucifié à bord de mon cercueil. !
Ou en, outrance, j’ai insulté mon rival et son orgueil ?!

 


Hélas, mes épopées suintent que des vers et des larmes.
Substituent ma confusion, sa voûte satinée et ses buts.
Tourmentent le sort mon âme.
Hélas, me voilà : graduer, en vain, Goethe et sa lutte.
Ô, poète, Hélas, ici-bas, la vertu a perdu ses redoutes !
Dans un monde plein de raillerie et de drames.

 


Ô, poète, jette tes fleurs
ô, consœurs et confrères,
Les murs ont des oreilles.
Ô consœurs, ô confrères,
soyons vigilants.
Agités et parfois ; turbulents
L’ironie grimpe nos murailles.
Tourmente ici-bas ici- nos valeurs.
L’ironie rigide ; brûle tes lumières.
Dévore ta sentence, dévaste ton talent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ahmed Khettaoui

Romancier, Nouvelliste, Poète Algérien ; est né en1951 à Oran, Algérie. Il quitte L’enseignement, vers le journalisme : Reporter….. Éditorialiste, chroniqueur, rédacteur en chef  (presse écrite) en langue arabe. Chef de département à la radio algérienne, producteur, animateur d’émissions culturelles, littéraires.  Membre union des écrivains ALGERIENS.

Premier roman «  La Cité des leurres » en langue arabe, traduit au français aux éditions Légendes (Algérie) suivit par une série de romans et recueils.

Deux recueils en langue française édités en France : le troc des ténèbres (nouvelles) ;  Pluie exténuée, (poésie).

 

 

Photo de couverture du peintre Jordanien Issam Tantawi

 

1 Commentaire
Souffle Inédit
ADMINISTRATOR
PROFILE

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

1 Commentaire

  • Mebkhout Beghdad
    9 mars 2021, 11 h 34 min

    Le destin a parfois une manière de répondre à nos insultes par notre propre verbe qui s’élargit pour prendre les siens et les nôtres…
    Merci Cher Ahmed pour ce poème qui enferme nos larmes et notre rire de nous même…

    Répondre