Je demande double vie / Laurence Fritsch

Un arbre, deux voix

Je demande double vie
pour te serrer
dans mes bras

toujours face à la mer

je demande
double corps
pour t’étirer
vers le ciel

*

La route analphabète surveille ce que j’écris
chaque ligne ajoute une ride sur mon visage
parler depuis l’absence avec la menace de la parole
avec la route analphabète qui surveille ce que j’écris
les murs accroupis au pied des maisons sourdes font ceux qui n’ont rien vu
j’interpelle le silence
la route est une ligne droite emplie de bruits, la mort un cercle vide

*

Dans la série [Poétique de la couleur]

jais
tes yeux de
tes cheveux noirs de jais
Blanche neige
moi à tire-d’aile de corbeau
dans la lumière sombre
des moulins de jayets
dans du jais noir de jais
lignite naturelle bois décomposé
taille une parure de deuil
jais parfois cristal parfois onyx noir
suie mouillée de frissons morts
je te pends à mon cou

*

A l’heure où le ciel se couvre de sel
le poème s’en va dans une dérive jusqu’à l’estuaire de nulle part
seules comptent les gesticulations de l’ombre
qui efface et qui écrit ?
des poussières muettes, des larmes précieuses, de menus frottements
la rivière conduit au fleuve à la mer

*

Gris les jours tristes
dans mes yeux anthracite

le désespoir s’attarde sur le macadam
consomme ma morne solitude

croisé un deux trois quidams
mon incertitude en altitude

gris les jours tristes
dans mes yeux cubistes

*

Cendre et os

Dans mon cercueil
je serrerai dans mes bras
ton urne
Nous retournerons à la terre
ensemble
Cendres et os
nous serons poussière d’amour

*

La pierre est un sein crispé
vert passé entre les galets couverts d’algues, fils cheveux d’ange
demain je m’installerai dans ta voix
ton murmure devient corde
tes mots sans bruit dans l’eau profonde
écrire, plutôt extraire
un filet de pierre dans un sein crispé

 


Laurence Fritsch, poète, haïkiste, blogueuse, partage sa poésie cherche dans la poésie sur les réseaux sociaux, un poème par jour sur Facebook, illustré par soit par une photo en noir et blanc, soit par une œuvre d’art (tableau, sculpture) qui entre en correspondance. Certains poèmes sont mis en image et en voix. Sa poésie parcellaire, mosaïque ou polaroïd traduit un état d’âme, la fulgurance de la pensée, parfois un cri, souvent l’impossibilité des mots. Fascinée par les mots de couleur, elle travaille à une « Poétique de la couleur » et amasse poèmes, documents et témoignages sur la poète disparue Marguerite Gillot. Elle a publié dans des ouvrages collectifs et dans diverses revues, et son premier recueil paraîtra aux éditions Bleu d’encre en 2024.

Pour la lire et la suivre:

Un poème par jour sur Facebook et Instagram
Le blog « Poésie, vers et prose » :

Publications:
Eau mouvement dans l’ouvrage collectif De l’eau, cent cinquante fois de l’eau en cent mots Tiers-Livre, juillet 2021.

A venir:
Sélection de poèmes à paraître dans la revue Traversées, mai 2023.
Recueil à paraître en 2024 aux éditions Bleu d’encre.
Interview
Sélection de poèmes et interview de Clara Régy « un ange à ma table » dans la revue Terre à ciel

 

Photo de couverture : Le baiser  Sculpture d’Auguste Rodin  

Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.