Le théâtre pour enfants face aux technologies nouvelles / Amina Dachraoui

Le théâtre pour enfants face aux technologies nouvelles

Relation contradictoire ou consensuelle ?

Suite à un système produit par la mondialisation, régi par la théorie de réification et soumis à la logique de l’échange commercial et de la société de marché, on se rend compte jour après jour qu’on est dans une époque prédominée par l’image numérique, les chatbots et les outils de l’intelligence artificielle. Ces outils se manifestent dans les sites des réseaux sociaux et s’enracinent à travers les dernières applications qui évoluent d’une rapidité incroyable et qui réduisent l’espace et le temps.Dans la société contemporaine qui fait émerger de nouveaux repères culturels telle que la culture électronique, une nouvelle génération est née.

Entre les bénéfices de l’évolution technologique et la lutte contre ses dangers et ses vestiges, les secteurs artistiques et culturels tendent à s’ouvrir aux technologies de l’information, de la communication et au numérique. Bien que le progrès dans ces domaines soit considéré comme une mesure de la civilisation des peuples, il faut mettre en lumière le développement de la personnalité et la détermination du comportement de l’enfant d’aujourd’hui, qui est le citoyen de demain, puisqu’il est encore au stade de l’éducation. Ainsi, l’acte théâtral destiné aux enfants en tant qu’acte culturel et artistique est parmi les meilleurs outils qui luttent contre les dangers que la société contemporaine impose, puisqu’il vise la réalisation de soi au sein du groupe et la régulation des relations des individus entre eux, que ce soit en regardant ou en pratiquant.

Alors, dans quelle mesure l’enfant peut-il suivre le rythme de la réalité et de ces diktats du développement numérique ?

Comment situer l’enfant dans cette vague électronique qui a hérité des scènes modernes et postmodernes du théâtre ? Les technologies modernes sont-elles un obstacle ou un médiateur dans un projet théâtral ?

 

1- L’enfant au sein du monde digital

Plus le système électronique développe les valeurs individuelles, le pragmatisme et le consumérisme, plus nous devons prendre conscience de l’étendue de notre responsabilité envers nos enfants, car l’enfance est le noyau de base de l’identité du futur adulte.

Certes, tout en améliorant son utilisation des smartphones, des applications et des médias électroniques, l’enfant stocke un ensemble d’images fréquentes dans son esprit pour qu’elles s’inscrivent dans son équilibre affectif et éducatif et le conduisent à l’addiction. En revanche, l’enfant de l’époque digitale est ouvert sur la culture japonaise et coréenne à travers des jeux et des images animées, il parle couramment des langues étrangères en raison de la facilité d’accès aux jeux vidéo, car ceux-ci augmentent la capacité de concentration malgré l’orientation constante de son imagination et de ses goûts qui l’amène à croire aux valeurs de conflit, de profit, de force et l’appelle à l’individualisme irresponsable et à l’exclusion des autres. Dès qu’il atteint la phase de la cognition, il se transforme en un récepteur d’informations, interagissant avec ce que les réseaux sociaux produisent. Par référence à l’esthétique de Nelson Goodman, il convient de dire que les jeux vidéo peuvent être employés comme un art indépendant, étant donné que les arts vidéo sont encore hybrides, puisqu’il adopte dans son livre L’art en théorie et en action le concept de la densité syntaxique et précise des symptômes pathologiques et esthétiques pour cet art en affirmant :

«Après tout, les symptômes ne sont que des indices»[1] qui imposent un système sémiotique au sein de l’art postmoderne.

2- Le postmodernisme dans le théâtre pour enfants 

Le postmodernisme recourt à la suppression des frontières entre les différents arts d’une part et entre les sciences et les arts d’autre part. Ainsi, les arts vidéo exploités au théâtre pour enfants sont proches de leurs références culturelles actuelles du côté de l’image.
Certes, la relation entre image et langage au théâtre est une relation d’intertextualité, d’intersection et de convergence. La présence de l’image, même dense, n’est pas tant privilégiée qu’elle enrichit la pluralité des rythmes dramatiques et des formes sémantiques.

La question du terme postmoderne met le chercheur dans un état d’évasion constante qui expose la relativité et l’ambiguïté du sens. Au théâtre, c’est une volonté de défier la capacité des éléments d’une œuvre d’art à s’assembler créant une unité artistique complète. Mais, ce concept n’est-il pas en conflit avec les besoins de l’enfant désirant recevoir une histoire cohérente qui réponde aux éléments de l’art du conte ?

Prenons l’exemple de l’artiste américaine Joanne Jonas, qui adopte des méthodes et des techniques de haute technologie dans des performances formant une unité artistique totale d’enregistrement audio et d’arts vidéo. Dans l’une de ses performances, elle a présenté deux histoires pour enfants des frères Grimm, dont « Le prince grenouille » d’une manière nouvelle qui rompt avec les fils narratifs habituels.Au fur et à mesure que le spectacle progresse, les deux intrigues s’entremêlent pour former une nouvelle histoire dense et décomposée, sans une ligne directrice claire ou une idée centrale qui organise les parties du spectacle pour jeune public.

Face à ces techniques numériques contemporaines et à la recherche de la destruction des structures traditionnelles des récits de référence, l’enfant se contente-t-il encore d’un simple spectacle raconté par une marionnette à fils, par exemple, ou a-t-il besoin de revenir aux mythes anciens ?

3 – Vers une éducation théâtrale alternative 

Il est indéniable que le théâtre pour enfants intervient avec ses dimensions éducatives et ses objectifs nobles pour lutter contre des mécanismes stéréotypés représentés dans les médias visuels. Avec ses simples outils tels que les marionnettes, il résiste encore devant un univers virtuel chargé d’agressivité et d’individualisme puisque c’est un acte collectif qui contient plusieurs composantes à la fois : texte dramatique, unité d’action collective, scénographie, univers sonore, etc. Toutes ces composantes constituent une unité artistique qui établit une scène vivante basée sur l’interaction entre un émetteur et un destinataire n’ayant pas encore l’âge adulte, mais ce destinataire a besoin aussi de faire partie de la pratique théâtrale.

D’autre part, il est indispensable de prendre en considération la prédominance de l’image numérique dans les dispositifs d’apprentissage qui ont dépassé les écrans pour pénétrer le système éducatif, social et culturel, d’où la nécessité de renouveler les médias adoptés par le théâtre pour réaliser les objectifs pédagogiques qui sont principalement liés aux domaines sociaux, politiques et autres.

Cependant, l’outil d’apprentissage, en adoptant l’avis du psychologue Jean Piaget, est le résultat des processus d’assimilation et d’apprentissage ; et la pratique théâtrale est parmi les meilleurs moyens du développement cognitif chez l’enfant. Cela passe en fait par l’intégration des jeux dramatiques dans l’éducation, à laquelle ont appelé, depuis les années quarante du siècle dernier, des metteurs en scène de théâtre en France comme Jean Louis Barrault, Roger Blin, Claude Martin, ou Jean Vilar.

Selon notre point de vue, les spécialistes de l’éducation devraient se référer aux écrits d’Augusto Boal, Gisèle  Barret et Jean Pierre Ryngaert, notamment son livre Les jeux dramatiques.De même, il est important d’organiser plus d’ateliers de formation au profit de tous les enseignants à  commencer par les écoles maternelles, afin de préparer l’enfant à être un citoyen actif et un spectateur capable de respecter l’autre et de communiquer avec un goût artistique qui respecte sa vie privée et ses exigences.Le théâtre interactif, par exemple, permet à l’enfant d’exprimer ses obsessions, tout en respectant ses besoins et ses idées, loin de l’image numérique dominante. Celui-ci se transforme en créateur de métaphores et se libère du pouvoir de son smartphone. Adopter la technique du théâtre interactif dans le milieu scolaire vise à reconstruire un système éducatif qui mêle les côtés dramatique et didactique dans la matière destinée à l’enfant.

Il faut donc chercher de nouveaux moyens en utilisant des techniques innovantes parce que le théâtre de l’enfant, ainsi que la pédagogie, se renouvellent par la pratique continuelle.

Finalement, le théâtre à l’école est un espace libre pour l’enfant en tant que spectateur ou praticien.

4- Les perspectives des pratiques théâtrales pour enfants :

En réfléchissant sur les perspectives de la pratique théâtrale par rapport à l’enfant, nous nous trouvons face à la responsabilité de revenir au naturel pour ne pas nous perdre dans le creuset de l’artificiel, surtout avec la difficulté de protéger les droits des enfants qui subissent diverses formes de violence à travers le monde virtuel.

« L’humanité doit reconnaître son ignorance des conséquences de la technologie sur la vie future »[2], c’est ce dont le philosophe allemand Hans Jonas parle depuis les années soixante-dix du siècle dernier, car il est impossible de prédire ce qui peut se passer au milieu de ce rythme rapide du développement numérique.

Il faut bien étudier les thématiques aux textes dramatiques destinés aux enfants selon une nouvelle éthique qui lutte contre la fragilité de la nature. Le discours au sein de l’écriture de ce théâtre doit s’ouvrir à la philosophie orientée vers les enfants qui a émergé en réaction aux nouvelles technologies (Exemple : Les écrits de Mathiew Lipman). Dans ce contexte,il nous semble que le sujet de l’écologie et de la protection de la nature mère est l’un des sujets actuels que nous devons prendre comme appui dans le discours théâtral en pensant aux prochaines générations et en instaurant une éthique différente garantissant les droits de l’enfant et ses devoirs.

Parmi les expériences théâtrales actuelles, nous pouvons citer la pièce Le Berger du Sahara du dramaturge tunisien Ali Yahyaoui, qui lance à travers son texte, un cri de panique et de protestation contre la chasse arbitraire et les agresseurs du Sahara dans un projet écologique qui représente un terrain de recherche digne de nos enfants. Le propos était représenté dans une unité artistique simple rassemblant des marionnettes à tiges avec des techniques purement théâtrales (décor, musique, éclairage…) pour illustrer le Sahara.

On a besoin d’inculquer ce genre de messages aux enfants dans l’intention d’instaurer une nouvelle éthique pour les futures générations.

Amina Dachraoui

Comédienne, coach de théâtre, metteure en scène et chercheuse en sciences culturelles, spécialité théâtre et art du spectacle.

 

[1]-N.Goodman, Manières de faire des mondes(cité désormais MFM), trad .fr.M-D Popelard, Nimes, Jacqueline Chambo, 1992, p.93.

[2]-JhonasHans, Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique. Traduit par Jean Greish. Flammarion, collection champs. Essai, les éditions du cerf, Paris.1990. p.33

2 réflexions sur “Le théâtre pour enfants face aux technologies nouvelles / Amina Dachraoui

  • 9 mai 2022 à 11 h 46 min
    Permalien

    Prière de corriger Barry Gisèle par Barret Gisèle. Merci pour avoir publié cet article intéressant…

    Répondre
  • 9 mai 2022 à 12 h 31 min
    Permalien

    Merci Monsieur Ridha Boukadida pour votre remarque.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.