Poème de Georgi Slavov

Les matrices des anges poème de Georgi Slavov

 

J’embrasserai le spectre de ton corps

Accommodé, accroché et souvenir muet

La forêt et le ciel en papier déjà orphelins

Héritiers d’un dieu malveillant.

 

L’eau bouillante a refroidi, je n’entends plus rien,

Quand tu t’efforces à me dire l’heure,

Quand tu ne me manques pas, je me morfonds

Et seules les notes du néant me sauveront.

 

De l’espace au chaos et plus jamais en arrière,

Le fond de mon cœur, le forum de la culpabilité,

Tes contours sur les feuilles et dès qu’elles s’effondrent,

Il me semble indigne de ne pas les suivre.

 

Il te faut trouver le fond,

La réponse à la cloche qui sonne, ta solitude d’été ;

L’eau à prendre dans le désert

 

Où se réunissent le bleu du ciel,

Le bleu orphelin de la mer.

 

C’est peut-être pour cela que l’eau est singularité et apathie …

(Et voilà, j’ai trouvé la réponse, elle est absolument obligatoire.) ;

Les allées sont encombrées de pas et je ne souhaite pas sortir –

Je ne veux pas penser à l’avenir

Où les bombes de l’existence sont posées.

 

Me voici maintenant purifié, simplifié,

Sur chaque plage, tendu et insouciant,

Chaque ennemi et chaque souvenir – pardonnés,

Capable de bouger mon corps à nouveau.

 

Le temps promène le chien du Seigneur sans muselière

Et moi je suis toujours le gamin qui n’est pas devenu ouvrier.

 

Traduit par Iren Mihaylova

 

Georgi Slavov

Georgi Slavov est un poète, journaliste et musicien bulgare. Diplômé en philologie et en langue anglaise, il étudie actuellement la sociologie. Il est l’auteur de trois recueils de poésie. En 2020, il a remporté un concours de traduction organisé par l’université de Sofia. En 2021, il est nommé pour un prix littéraire national.

Ses poèmes sont traduits en anglais, russe, serbe, bosniaque, espagnol, portugais et français. Traduit de l’anglais et du français.

Passionné par la musique, il joue de la guitare, de la basse et de la batterie.

Poésie

 

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *