Tant que l’on respire, on espère / Youcef BACHA

Vivre n’est ni une farce de mauvais goût,

Ni une mélodie fâcheuse, ni une félonie hideuse.

Vivre, c’est cracher des étoiles, c’est enduire des belles toiles,

C’est réinventer des rêves, c’est surmonter des entraves.

Ô toi ! Tu es  le phœnix renaissant de tes cendres,

Donne-toi les douces promesses,  réalise les incroyables prouesses.

Forge ton destin, bâtis ton dessein.

Froisse les pages de déception,

Allume les soleils de tes vocations, de  tes créations.

Déchaîne les désillusions.

Essuie tes larmes, tu es le vizir de tes désirs,

Verse de tes yeux mouillés l’empire de tes sourires,

Laisse tes doux espoirs errer à leur plaisir.

Chasse les mauvaises chimères,

Bats les douleurs-cimetières

Fonds les utopies glaciaires.

Éveille tes rêves émerveillés, chasse les esprits embrumés !

Guéris tes maux par tes mots, tes déboires par tes espoirs !

Youcef BACHA, jeune chercheur en didactique des langues, en linguistique et en littérature française. Attaché au laboratoire de Didactique de la Langue et des Textes, Université de Ali Lounici-Blida 2 (Algérie).

Tableau de couverture : Claude Monet, Nympheas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.