« Une journée universelle », poème de Frédéric Dumont

Une journée universelle, poème de Frédéric Dumont

 

Ma demeure est cette cible

courte et cyclique

où je continue le visage

L’abeille minable, répétée, cognée

Six fois contre la vitre

Termine son trajet à ma tête

Ma tête roule dehors comme les autres

 

Cette journée est beaucoup trop universelle pour moi

Cette histoire me rend modeste

Je ne peux pas sortir du lit dans ces conditions

Je ne peux pas ouvrir les yeux dans ces conditions

Comment parvenez-vous à faire autant de choses ?

En suçant mon pouce j’ai découvert

Le parfait outil de développement personnel

Petite graine sincère

Je panique en crachant des morceaux de cellules

Ils appellent ça une maladie

J’appelle ça un moyen de transport

 

Une chose est sûre
je peux retenir mon souffle
jusqu’à la lune
et partir d’un gros
rire gras juste après
parce que
j’ai peur d’être
trop lourd pour tout l’monde.

 

Pardon le jour tombe.
Les derniers cheveux
du soleil bégaient.
J’ai encore le temps pour le dépanneur.
J’ai envie d’y aller.
Je me suis promis quelque chose.
Je ne me souviens plus trop.
Ça me revient peut-être.

Une journée universelle, poème de Frédéric Dumont

Frédéric Dumont est un écrivain québécois né à Montréal en 1986. Il publie depuis 2009. Il a reçu le prix Félix-Antoine-Savard et il est finaliste au prix Émile-Nelligan.

Il publie une poésie étonnante qui saisit le quotidien et le retourne pour en faire tomber la menue monnaie.

Site du poète

Poésie

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *