Une plaie ouverte

Une plaie ouverte poème de Dalia

 

Une plaie ouverte

peine à guérir,

Je la porte dans mon cœur,

témoin martyre et désolation.

Je suis un maillon d’une Histoire

qui me dépasse

Amputée d’une partie de moi-même,

ma moitié fantôme me chuchote :

des langues oubliées,

des rites cadenassés,

des odeurs embrumées.

Dans mes rêves éveillés

elles me hantent :

Elles sont le monde qui fut

Elles sont des traditions déracinées

Elles sont des générations sacrifiées.

 

Une plaie ouverte

peine à guérir,

une déchirure :

le temps n’a pas su, encore, la raccommoder

Je suis un étrange fruit d’un passé délaissé

J’essaye de prendre racine et de m’arrimer

je flotte, je flotte loin des rivages,

Je m’accroche à la raison, je m’accroche aux choses

je m’accroche aux mots,

je m’accroche à mes illusions…

 

Je suis une moitié fantôme,

j’ai été amputée des histoires de vents, de sorcières

de marabouts, des tempêtes de sables et des oliveraies.

Amnésique, j’ai perdu l’insolite, le beau, l’extraordinaire,

la transcendance et la magie.

Je renonce à « être » pour échapper

au cliché occidental des milles et une nuit.

J’y échappe, ou presque, mais à quel prix ?

Je suis une femme, d’une terre qui fut colonisée,

J’ai appris à reconnaître les regards qui me déshabillent

me dépossèdent, me volent, me violent,

Je suis tétanisée

Je n’ai pas écrit cette Histoire,

Je ne fais que la subir.

Une plaie ouverte

peine à guérir.

 

Je suis entre deux rivages : je nage contre courant,

je suffoque, je suffoque

Je n’ai pas le privilège de choisir mes combats

Ils s’imposent à moi inévitablement,

Ils sont mon double, mon reflet, mon ombre

un été, soleil écrasant,

 

Je voudrais tisser un fil entre des réalités révolues

et la mienne, aujourd’hui

coudre, rapiécer, rafistoler des symboles et des rites

le harkous, le bkhour, le henné, la fleur d’oranger

oui la fleur d’oranger, mon opium, mon Xanas,

remède à mon anxiété ordinaire,

Alors, je scrute des issues inhabituelles :

arrêter de tout hiérarchiser, d’étiqueter, de classifier,

de distinguer le bon, le beau, l’utile et le raisonné.

Défaire le temps, détricoter les certitudes,

deviner l’incertain, laisser une place à l’envoûtement.

Le marc de café n’a pas qu’un goût amer,

Je ne suis pas dupe, le folklore peut être un abîme

une réalité tronquée, fantasmée, embaumée

un précipice pour nos âmes mutilées

Alors, alors, il est où le juste milieu ?

Je ne cherche pas la vérité,

Je voudrais simplement ne plus sacrifier ces réalités

sur l’autel du mythe de la modernité,

J’ai beau être une assimilée

j’ai beau être la bonne intégrée

J’ai mal dans mon cœur,

J’ai mal dans mon corps

J’ai mal…

la plaie ouverte saigne,

la plaie ouverte pleure,

la plaie ouverte crie,

la plaie ouverte meure.

J’évoque la pluie,

J’évoque mon corps

J’évoque la nuit,

J’évoque les morts.

Je suis la paysanne,

Je suis l’oracle,

Je suis la guérisseuse,

consoler, cicatriser, prédire,

une plaie ouverte

peine à guérir…

 

Poème et illustration de couverture de Dalia

"Une plaie ouverte" poème de Dalia

Dalia est une jeune poète et artiste, issue de l’Histoire coloniale, immigrée en quête d’une dignité confisquée par l’ordre patriarcal et colonial, elle tente de rafistoler des histoires fragmentées, des mémoires oubliées, des légendes fantasmées et des récits en creux pour graver l’espoir des révolté•es.
Elle utilise la linogravure et la poésie comme outils d’une quête autour de la question existentielle « Qui suis-je ? » où se mêle la colère, les silences, les résistances ordinaires : les siennes et celles des damné•es de la terre.
La plume de Dalia et ses dessins sont à la fois un cri de révolte contre les injustices et un espoir en un monde nouveau.

 

Poésie 

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *