Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Souffle inédit


Rocío Durán-Barba …. Résister c’est aimer

Rocío Durán-Barba …. Résister c’est aimer

Rocío Durán-Barba écrivaine franco-équatorienne, est poète, romancière, essayiste, artiste-peintre, journaliste. L’une des plumes les plus remarquables dans l’univers de la littérature latino-américaine (Claude Couffon). Auteur de plus de soixante livres, quelques-uns traduits en plusieurs langues. Elle a collaboré avec des journaux et des revues latino-américaines, européennes et la télévision en Équateur. A participé à de

Rocío Durán-Barba écrivaine franco-équatorienne, est poète, romancière, essayiste, artiste-peintre, journaliste. L’une des plumes les plus remarquables dans l’univers de la littérature latino-américaine (Claude Couffon). Auteur de plus de soixante livres, quelques-uns traduits en plusieurs langues. Elle a collaboré avec des journaux et des revues latino-américaines, européennes et la télévision en Équateur. A participé à de multiples réunions et festivals internationaux. Son œuvre artistique a été exposée en plusieurs pays.

Ambassadrice Universelle de la Culture, elle est Présidente d’honneur de la Rencontre de littérature hispano-américaine de Paris. Membre d’honneur du mouvement Art Résilience (France), Vice-présidente de l’Association culturelle Trans-ire de l’Université Populaire De Martino-Carpitella… Membre de plusieurs associations d’écrivains et d’artistes. Dirige une Fondation Culturelle (Équateur) et l’association Lettres en vol (Paris). A reçu de nombreux prix, entre autres : la Médaille Manuela Sáenz de l’Académie Bolivarienne d’Amérique, la Médaille du Sénat Français, la Médaille Vermeil de l’Académie Arts, Sciences, Lettres de Paris, le Prix de la Ville de Saint-Orens, Prix des Arts Littéraires… Elle est lauréate du Prix Ovide décerné par le Cénacle Européen. Récemment elle a reçu le Prix la Pomme d’Or virtuel 2020 du Réseau de poètes de Buenos Aires, et le Prix 2020 de la Fondation Ibéro-américaine de Chili.

 

Souffle inédit : Poète, romancière, essayiste, journaliste, artiste peintre, lors de votre formation, lequel a été déterminant pour être ce que vous êtes aujourd’hui ? Comment expliquez-vous ce riche parcours ?

Rocío Durán-Barba : Mon parcours se résume ainsi:

“Il n’y a pas de chemin/ Le chemin se fait en marchant”. Le poète espagnol Antonio Machado écrivit ce poème visionnaire. Je n’ai fait que l’entendre. L’adopter. Et me suis acheminée au son de ces mots. Sous cette lumière j’ai vu et vécu tous les paysages. Parcouru le monde où il n’y a pas de routes tracées ni de réponses. Il n’y a que la vie et ses mystères. La parole. L’air. La mer. Le feu. La Terre. Notre esprit ancré dans l’inconnu.

Mon chemin s’est façonné avec les traces de mes pas. Et mes pas ont été multiples. Rêveurs. Intrépides. Ils ont commencé et se sont forgés dans l’air des universités (en Équateur, aux États Unis, en Autriche et en France). Pendant longtemps je les ai fréquentées. J’ai grandi dans leur ambiance d’amphithéâtres éloquents. De discussions débordantes. D’idées au levain. De projets tournés vers l’avenir. De bibliothèques de livres à l’infini… Après, il fallait marcher-marcher.

Souffle inédit : Qu’est-ce la poésie pour vous : Un lieu-espace ? Un temps ? Une  mémoire ?  Une liberté ?

Rocío Durán-Barba : On a tout dit à ce sujet. Et, pour l’essentiel, tout est vrai.

La poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir (Léonard De Vinci). L’étoile qui mène à Dieu (Victor Hugo). Une lettre d’amour adressée au monde (Charles Chaplin). Cette musique que tout homme porte en soi (William Shakespeare). La mémoire baignée de larmes (Miguel Angel Asturias). Le langage naturel de tous les cultes (Madame De Staël). Le miroir brouillé de notre société (Louis Aragon). Une plante libre (Gustave Flaubert). Une aventure vers l’absolu. (Pedro Salinas). L’algèbre supérieure des métaphores (José Ortega Y Gasset)…

Pour moi la poésie est, justement, ce langage de lumière. Langage de l’âme à l’âme. Aux visages multiples. Langage d’amour, de foi et d’espérance. Langage qui appartient à l’invisible et au mystère. La poésie est l’oxygène de l’âme du monde.

 

Souffle inédit : Comment avez-vous réussi à réaliser l’alliance entre les deux cultures qui ont contribué à votre formation et à la maturation de votre écriture ?

Rocío Durán-Barba : L’alliance entre deux cultures est le fruit d’un choix. Un choix limpide et conscient de vivre sur un pont entre deux pays. Deux mondes. Deux rives. Deux langues. Deux façons de subsister. Persister. Résister.

Un choix de vivre sur un pont au souffle de fleuve. Emporté. Transparent. Un pont d’amour. Qui est devenu ma forteresse où je fais-défais mes voix. Mes silences. Mes pensées. Où j’écris mes pages paires-impaires tout en conjuguant l’alphabet andin et celui de Molière.

Mon écriture est devenue ainsi un refuge. Refuge identitaire. Comme un pays en soi. Un territoire invisible. Une géographie à moi.

J’ai toujours porté mon origine avec fierté. Reconnu mon berceau. Mes racines ancrées en Équateur. Et je continue de porter la langue des Andes et des condors. En même temps, depuis que la France est devenue mon pays d’adoption, j’ai chéri et cultivé son alphabet. Ses murmures. Ses explosions-implosions. Et j’aime naviguer sur sa magie.

Résultat ? Ce pont où je me suis installée, a dérapé dans la lumière. Là où je peux voler-rêver-créer. Où il n’y a pas de questions mais des réponses. Le tangible-intangible. Le tintement de l’univers. Le paysage du va-et-vient. L’écriture.

 

Souffle inédit : Quel est votre regard sur la poésie francophone ?

Rocío Durán-Barba : La poésie francophone contemporaine est richissime. Une source d’émerveillement. Une production inépuisable. Comme hier. Comme toujours. « Prêtez-moi une oreille et je vous donnerai une voix », disait Khalil Gibran.  Il y a des milliards d’oreilles. Des milliards de voix.

Dans l’univers poétique, la poésie francophone est un moteur. Une voie de création. De rénovation-nouveauté. Voie portée par une dynamique singulière. Par des événements, circonstances, stratégies… Un faire-défaire qui se révèle différent sous la plume de chaque poète. Surtout de ceux qui se consacrent à inventer et s’inventer dans toute l’étendue de la langue.

Il y aura toujours l’esthétique de la diversité Nous le savons, la langue est un phénomène vivant. Elle bouge, évolue et grandit avec aise. Nous, poètes francophones, nous libérons les paroles au vent pour qu’elles conjuguent des airs multiples. Voisins. Apparentés. Similaires. Opposés.

La poésie francophone est la poésie de la variété-pluralité. De l’imagination. De l’intranquillité. De l’émoi. Un élan de création sans frontières aux résonances multiples.

Souffle inédit : Croyez-vous que la poésie peut jouer un rôle dans notre monde ? Si oui, de quelle manière ?

Rocío Durán-Barba : Oui. La poésie est une nécessité absolue pour l’humanité. Et son rôle principal est celui d’une fenêtre, d’une fontaine, d’un chemin. Une fenêtre grande ouverte qui permet de respirer l’âme du monde. Une fontaine d’espérance. Un chemin dans la nébuleuse du présent.

La poésie est le langage de l’âme à l’âme, l’oxygène du monde, comme je l’ai déjà dit. Son rôle se situe, donc, là : dans le mystère du verbe et dans la force de l’oxygène. Rôle qu’elle doit remplir en se mettant à la portée de tous. La poésie se veut un instrument de communication.

Communication centrée sur la révélation du monde. Révélation de l’invisible. Capable de dévoiler êtres et âmes. De décrypter les apparences. D’annoncer des signes. Des liens. De révéler vérités et mensonges. Dénoncer, parfois. Dire le hier, l’aujourd’hui, le demain.

Communication aux yeux multiples aptes à appréhender tout ce qui nous entoure dans sa signification cachée, dans la dimension du surprenant. Dimension de présence. Du parfum. Où tout ce qui a l’air muet, ne l’est point.

Communication-méditation, enfin, penchée sur l’horizon de l’existence. L’au-delà. Les bords-débordements de la vie.

 

Souffle inédit : Quel est votre poème préféré ou poète préféré ?

Rocío Durán-Barba : Lumière, ferveur, passion dans les paroles. Cette danse exquise de la poésie. Ce souffle que rien n’explique et qui dit tout. Qui part du silence et se replie dans le mystère. Ce dire que la plume étale, l’âme comprend et avec lequel le cœur s’enivre … Ce chant a des maîtres incontestables et des milliers d’amants, de poètes. Ma préférence varie selon le moment, l’état de mon âme, des événements. Varie en fonction des réflexions ou inquiétudes qui m’assaillent.

Aujourd’hui, ici, à l’instant, me vient à l’esprit la poésie du poète espagnol Gustavo Adolfo Bécquer. Son univers harmonieux, ses rimes courtes, son ton intime.

« Tant qu’il y aura des yeux reflétant les yeux qui les regardent ; tant qu’une lèvre répondra en soupirant à la lèvre qui soupire ; tant que deux âmes pourront se confondre dans un baiser, il y aura de la poésie »…

Et puis, son poème :

Qu’est-ce que la poésie?, me dis-tu tout en fixant

dans mes yeux, tes yeux si bleus

Qu’est-ce que la poésie?  Et me le demandes-tu ?

La poésie … c’est toi.

                                               (© traduction Rocío Durán-Barba)

 

Souffle inédit : Quel poème offrez-vous aux lecteurs de Souffle inédit?

Rocío Durán-Barba: J’ai le plaisir de leur offrir une page de mon recueil de poèmes: Résister

                                           Résister

Résister c’est vivre

Marcher-Lutter-Poursuivre

Résister c’est aimer

Aimer la vie

La nôtre   et celle d’autrui

Résister c’est créer

Danser-Sculpter-Peindre

Lorsque le déséquilibre règne

              L’esprit faiblit

              Le quotidien devient négatif

              Le désir de prospérité s’efface

                                                  Résister

Résister c’est créer

Bâtir-filmer-chanter

Enfanter la musique

Quand les idéaux déclinent

            L’espoir s’absente

            La satiété matérielle connaît son summum

            Les peuples souffrent

                                de chaos-myopie-dépression

                                                                 Résister

Résister c’est vivre

Marcher-Lutter-Poursuivre

Résister c’est créer

Dénuder la lumière

Arborer la parole tel un phare

Redessiner le-jour-la-nuit

Refuser de respirer à la marge

Élargir le verbe-le-regard

                            Résister

Résister c’est écrire

Écrire sur les sentiers des champs

           Sur l’écume de la mer

Écrire

sur le souffle de la liberté

                                  Résister

                                Résister

                  Résister

Souffle inédit : Une dernière chose que vous voudriez ajouter ?

Rocío Durán-Barba : J’aimerais évoquer mon « Programme Résister ». Car il se trouve au cœur de mes activités depuis 2019. Il a vocation à se poursuivre cette année et à l’avenir.

Ce programme a démarré avec la publication de Résister, anthologie de poésie latino-américaine 2020 que j’ai dirigée et éditée en l’honneur du PEN Club français (Poètes, Essayistes, Nouvellistes). Née en vue de diffuser la poésie latino-américaine contemporaine et de créer un pont entre les centres PEN francophones et latino-américains, cette anthologie a été conçue en bilingue espagnol-français. Elle rassemble 14 centres PEN de l’Amérique latine et 150 écrivains. Elle a été présentée à l’Institut Culturel du Mexique, à Paris. Lancée officiellement à la Foire internationale du livre de Guadalajara du Mexique (l’une des plus importantes de l’Amérique latine). Elle a fait l’objet de 14 visio-conférences en 2020. C’est à dire que cet ouvrage constitue un événement historique et sans précédent au sein du PEN International.

Les rencontres Zoom 2020 ont engendré une dynamique particulière de rapprochement entre les centres PEN latino-américains et entre poètes. « Résister » est devenu un emblème. Une devise d’unité, de solidarité et de partage. En vue d’entretenir cette dynamique, dans les temps difficiles que nous vivons, j’ai lancé un « Programme Résister 2021». Ce programme inclut une nouvelle anthologie: Résister, Dire le monde 2021, et une nouvelle série de visio-conférences Zoom avec les centres PEN latino-américains.

L’anthologie sera réalisée avec la collaboration du PEN Suisse Romand et publiée en octobre 2021 pour la célébration officielle du « Centenaire de la fondation du PEN International ».

Les rencontres Zoom 2021 se déroulent actuellement et ont pour but de présenter la littérature et la culture latino-américaines. De célébrer notre univers, où la création et la beauté ont un langage précis et un profil particulier.

Pour terminer, j’aimerais vous remercier pour cette interview et souhaiter à l’équipe de la revue « Souffle inédit » du brio pour continuer cette belle aventure. Continuer à animer l’univers poétique, qui a besoin de diffusion et de partage aujourd’hui plus que jamais. À donner écho à la parole de l’âme. À être son miroir. Un espace qui ensemence le monde de créations ineffables mais dicibles avec en leur cœur, la lumière.

 

 

Paris, mars, 2021

 

 

Rocio-Duran Barba lit un poème pour Souffle inédit : Résister

Musique : Joséphine LAZZARINO et Bernard BLONDEL

 

 

6 commentaires
Souffle Inédit
ADMINISTRATOR
PROFILE

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

6 Commentaires

  • FREDERIQUE LAILLET-BERNARD
    19 avril 2021, 20 h 17 min

    Magnifique poétesse au si grand talent.
    Chargée de vie, d’amour.
    A l’écoute du monde, avec recul et discernement .
    S’adresse à l’âme qui la comprend
    Message subtil et délicat

    Répondre
  • Mónica Gómez
    23 avril 2021, 22 h 53 min

    Luego de leer esta entrevista de Rocío Duran-Barba considero que es ella una HACEDORA más allá de la literatura, me parece ser una persona profundamente comprometida con la sociedad y su acontecer contemporáneo.
    La poesía que a veces es relegada por no ser utilitaria al sistema, ella la pone en primer plano de actualidad con temas tan valiosos en estos tiempos como la Antología Resistir, espacio donde se unieron voces de poetas de toda América sobre un tema contingente…Resistir o Sobrevivir en tiempos de crisis.
    Gracias Rocío por tu aporte espléndido a la comunidad internacional de poetas.

    Répondre
  • Ana Maria dipp Mukled
    30 avril 2021, 19 h 23 min

    Rocío es una singular y comprometida difusora de la cultura; embajadora de la literatura y de la poesía. A partir de las Antologìas que permiten hermanar las voces de escritores de distintas partes del mundo, se va construyendo un mensaje de fuerza y paz para el mundo.

    Répondre
  • Lovely Antoine
    6 mai 2021, 22 h 51 min

    Félicitations ! Il est possible que vous connaissez mon amie Marinela poète elle aussi . Très beau poème ! Il faut le m’être très n musique au son du tambour .

    Répondre
  • Ksenia Milicevic
    8 mai 2021, 18 h 53 min

    Très belle interview qui éclaire la large envergure créatrice  de Rocio Duran-Barba, la richesse et la finesse qui jaillissent de toutes ses expressions et son extraordinaire énergie.

    Répondre