Un jour je dirai…/ Cécile Oumhani
Partage sur les réseaux sociaux

Un jour je dirai…

Ce fut un temps de vitres et de fenêtres

Les mains déchiffraient la nuit

À même la glace gelée

J’entendais loin entre les arbres

Là-bas au fond du silence

Le bruit de l’avion que je ne prendrais pas

Pour aller rejoindre mes enfants

Les doigts traçaient face au jour

Des routes et des chemins

Dont ils ne goûtaient que l’impatience

Un jour je dirai…

Ce fut un temps de photos et de visages

Les voix traversaient le ciel

En quête d’une réponse ou d’un souffle

Souvent elles se perdaient comme les navires

Autrefois sur des mers en tempête

Et on cherchait l’espoir dans le cercle

D’une tasse de café posée sur la table

Il avait le diamètre d’une fleur

Dans la prairie au printemps

Et il était un monde à lui tout seul

Un jour je dirai…

Ce fut un temps d’animaux et de miroirs

On les vit au prisme des fenêtres

Dans les rues où paons et renards

Peignaient aux vitrines de nouveaux paysages

Même les cerfs prirent goût à l’odeur du macadam

En plein midi ils venaient chercher

La Belle au Bois Dormant habitante secrète de la ville

Dormir dormir pour oublier

La peur et le cri des sirènes

Dormir pour qu’enfin revienne demain

Un jour je dirai…

Ce fut un temps

Où l’on tissa des chants pour les oiseaux

On chanta même des toiles pour habiller les ombres

L’air était peuplé de lettres et de messages

Parfois ils se perdaient au détour d’un nuage

Et de nos voix nous les aidions à rejoindre

À la verticale de nos rêves

L’aube d’une autre saison

Pour dessiner le soleil

Et ce que nous gardions de l’enfance

Car un jour nous dirons ce temps au passé

Cécile Oumhani

26 mars 2021

Photo de couverture : le champ de coquelicots – Claude Monet

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.