Laisser entrer le soleil… / Ailée

Laisser entrer le soleil  [i] poème d’Ailée 

 

Rien ne se perd,

ni même ce qui a fait défaut.

Ce qui fait défaut marque par son absence.

Et comme « le silence n’est pas l’équivalent de l’absence de bruit  […] » [ii], les coches ratés, les non vécus ne sont peut-être pas les vides que l’on croit avoir renfermés ?

Remplie de vides,

Fignolages rafistolés,

Construction hachurée, mais embellie,

Prête à vaciller…

Tôt ou tard, ce qui manque resurgit, nous rattrape,

Mais ne pas pouvoir rattraper la flèche du temps qui ne sait qu’avancer !

Ces vides, ces manque-ments, ces « riens » qui ne se perdent pas, se transforment-ils un jour en portes et fenêtres de ma construction ?

 

 

Ailée, février 2021

 

Ailée comme elle est, petite poussière de l’univers… Ailée ici et là-bas. Ailée partout chez elle sur cette terre et bien ailleurs !

________________

[i] Inspiré de la chanson Laissons entrer le soleil (Hair, 1971).

[ii] Selon la philosophie non dualiste de l’Advaita.

 

Photo de couverture  : Crédit Ailée

 

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *