« Ô mémoire » poème de Jade Labbé

Ô mémoire et Hyène fut ma haine

deux poèmes de Jade Labbé

 

Ô mémoire

Ô mémoire ! Tu es imbibée de couleurs indolores, de traces pourprées, d’éprouvés inaudibles, de peines muettes, de douleurs innommables, d’agonies infécondes, de parole castrée, de verbes amorphes et primitifs.

Ô mémoire ! Tu n’es pas oisiveté, tu n’es pas prodigue de voluptés, tu n’es pas ornée de cris enfantins, de mère berçante, répondant dandinant à tes côtés sous le ciel d’azur. Tes pas ne sont pas suivis de leurs pas. Tu n’es ni vieillesse ni jeunesse. Tu n’es ni ciel ni terre. Ni profondeur ni surface. Tu es de l’espace tiers de la gravité confondre.

Tu es celle d’une ville couverte de feu d’artifice et d’article haillonneux, de fraîcheur de pluie et de pull troué dans l’usure, de cours fleurie de jasmins et de vallée mixant, drainant le cruor de chèvres, de Pierre . Tu es mixité, fixité, prolixité. Densité, mendicité. Gratuité, liquidité. Ténacité, authenticité.

Tu accumules dans ton tréfonds jusqu’à l’oubli l’image des justiciers de l’injustice,

Des damnées de terre, des brebis de ciel, des possesseurs de mars, des intrépides incestueux et farouche-eux.

Ô mémoire tu n’es que tragique !

 

Hyène fut ma haine

Au petit soir brouillard-eux, hyène fut ma haine quand expliqué je me fis délester de ma constellation incertaine. Mes belles nuits étoilées ont été envolées dans le paradis sombre où ne bercent que mes obscènes gestes.

Ma paresse se met à engrosser tout à coup de secondes peines. Ma seine s’érigea capricieusement de stèle phallique de terre au ciel, de mécènes au courage peureux, de débris de benne pêle-mêle exhalant leur noblesse à notre chère terre.

Dans quelle arène fut scellée ma peine pour que m’ait été refusée au bout du petit soir délassé, orné de rides le sourire de ma belle vedette Duchesses l’Astre. Ainsi, Fus-je beaument, bêtement privée de sel, de poivre, d’épices, et l’effluve de mes petites nuits solitaires présentent leur insipidité. Seule, j’accroupis piteusement sur mon écritoire à m’éventer de ma noblesse. Ainsi m’eût ôté ma connivence. Ainsi Berne se dresse et hisse sa Fameuse scène !

poème de Jade Labbé

Jade Labbé est psychologue clinicienne d’orientation psychanalytique. Elle exerce actuellement son métier en institution. Par ailleurs, elle manifeste un vrai intérêt pour la philosophie et la poésie. Depuis très jeune, elle porte une curiosité à ce qui touche l’art en général mais sans réellement s’y adonner (s’y dispenser). C’est à la suite d’une belle rencontre et d’une expérience analytique qu’elle s’autorise à aller vers sa véritable passion et son désir. Elle embrasse aujourd’hui l’écriture pour exprimer sa pensée empreinte souvent de fantaisies et d’éprouvés profonds touchant au sens de l’humain. Telle façon pour elle de laisser la trace d’un passage, d’une vérité partagée et éprouvée de l’être au cours de son existence.

Poésie 

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *