Search
Generic filters
Exact matches only
Filter by Custom Post Type

Souffle inédit


DORURE ÉTOILÉE / Saeeda OTMANETOLBA

DORURE ÉTOILÉE  / Saeeda OTMANETOLBA

Je voyage et pourtant !   Mes bagages ne sont pas très lourds   Mes mots épousent la dorure de ce matin   Comme Octave épousant la pauvre Hyacinthe   Pour aimer, mentir et puis courir dans l’absence des mots   Pour humer l’odeur suave des violettes de la jacinthe         Apprendre

Je voyage et pourtant !

 

Mes bagages ne sont pas très lourds

 

Mes mots épousent la dorure de ce matin

 

Comme Octave épousant la pauvre Hyacinthe

 

Pour aimer, mentir et puis courir dans l’absence des mots

 

Pour humer l’odeur suave des violettes de la jacinthe

 

 

 

 

Apprendre à ne plus clore et apprécier l’attente

 

Mes maux implorent la rançon de la justesse

 

Dans cette grande pièce et cette petite forteresse

 

Il ne s’agit plus de nous, plus de nous jacasser

 

Pour un diamant rose ou un cristal cassé

 

Mais pour la lumière du jour

 

Pour se bénir sans pour autant se tasser

 

 

 

 

Apprendre à partir et ne point revenir au passé

 

Dans moult voyages où nos mots n’ont que le choix de nous lasser

 

Voyageons encore

 

Parlez-moi encore de l’amour

 

Après que le chien qui boite dans le froid n’éclore encore

 

Loin de moi mes larmes se jonchent sur les joues du boucher

 

Mes yeux transpirent et pourtant

 

Une douleur qui vadrouille librement comme le fit dans le stroma le squirrhe

 

Il nous manque tant d’espérances et tant d’aisances

 

Dans ce monde vil qui nous conduit vers l’insuffisance

 

Re voyageons ensemble contemplant les coquelicots jadis sur la colline

 

Avant que les esprits fourbes nous badinent

 

Nous assassinent

 

Mangeons des nèfles et du raisin sec sur nos moult chemins

 

Remplissons le couffin de couleurs & d’espérance

 

Ne laissons donc pas le jour se lever sous la grivoiserie et l’indécence

 

« Le reître » porte toujours sa tenue de soldat pour nous vêtir de complaisances

 

Voyageons encore ensemble sous les notes du raffinement de la sylphide

 

Au loin des hommes bercés sur les eaux limpides

 

Ils oublient de regarder leurs visages avec leurs odeurs fétides

 

Et puis la jouvencelle sacrée revient toujours  parmi les vivants

 

Dans une dorure étoilée qui neige sur les volets.

 

Regardez là danser aussi bien que

 

Dans son absence ou dans la lumière volée de sa présence.

 

 

 

 

 

 

 

Saeeda OTMANETOLBA on découvre sous son air posé et ses paroles sensibles, une Algérienne polyvalente et polyglotte qui brandit comme un étendard sa courageuse affirmation de soi et ses penchants pour la littérature plus particulièrement pour le genre poétique qu’elle affectionne aussi bien dans la langue de Voltaire que dans celle d’El Moutanabi.

Un ouvrage poétique collectif en 2003 avec les éditions Marie Virol Paris, accompagné d’œuvres picturales dans la revue Algérie Littérature Action En 2014 ; son incontournable Recueil de poésie « Je m’excuse pour le Bonheur » soixante quatre textes qui racontent séquentiellement le combat d’une femme qui renaît de ses cendres dans l’espoir et qui termine dans la certitude avec le texte  » Je sais » Un engouement amoureux des mots édité avec un grand poète et éditeur M. Lazhari Labter.

Un autre recueil faisant suite aux excuses au bonheur, la gratitude elle fait suite avec un nouveau recueil qui sortira bientôt.

Des hauts de ces quatre décennies et un demi-grain de poussière Saeeda OTMANETOLBA incarne en elle l’amour et l’altérité pour ses amis, famille & entourage. Une main tendue pour partir ensemble dans une parfaite harmonie et alignement spirituel.

8 commentaires
Souffle Inédit
ADMINISTRATOR
PROFILE

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

8 Commentaires

  • Goulmamine lounes
    24 février 2021, 11 h 51 min

    Saida otmanetolba est une pointure dans la littérature poétique de la voubelle génération, merci pour les écrits qu elle fait , et j espère plus de succès pour le futur , car ces gens là comme saida otmanetolba sont l avenir de la littérature poétique

    Répondre
  • Lamon, Jean-Pierre
    24 février 2021, 13 h 03 min

    Celà fait 5 ans que j’ai découvert Saïda Othmane Tolba !Je fus tout de suite enchanté par son sens de l’image et par le choc lumineux de ses expressions coulant de sa plume comme un sang éminemment féminin !
    J’aimais son pays, elle me l’a fait aimer plus encore ! On parle de la "spiritualité du désert" j’ai celà en commun avec elle !
    J’attends la suite de ses œuvres et de ses photographies toutes empreintes d’une indéniable sensualité !
    Merci, Saïda !

    Répondre
  • Salem Benmammar
    24 février 2021, 14 h 37 min

    Très très beau et magnifique poème qui attire le visage du contenu et serme la sensation à lire par des beaux mots offerts pour toi
    Ravi de te lire poétesse , la plume de demain et la poète pour toujours. De jour en jour , le barrage qui nous enferme c’est devenu comme silhouette car tes mots me rafraîchissent et le bonheur que tu as raconté est le même que mon sentiment le verra comme une rose . Mille merci chère amie poétesse et j’apprécie énormément. Bonne continuation
    Salem ton ami Facebook

    Répondre
  • Issam Behlouli
    24 février 2021, 15 h 08 min

    Big bravo pour l’artiste 💞💞💞

    Répondre
  • Mokhtari Fetta
    24 février 2021, 21 h 44 min

    Bravo chère Saeeda. Très belle plume……je relie….encore….

    Répondre