Mahmoud Ya Mahmoud / Djalila Dechache

Maintenant que tu as eu le temps

De revenir aux choses ordinaires, aux choses simples

Celles que tu affectionnes

Maintenant que tu as quitté cette terre-ci,

Arable, provisoire, friable

Maintenant que les bras des arbres et des fleurs

Te bercent et te protègent

L‘olivier, le citronnier, la rose, le jasmin

Mahmoud, Ya Mahmoud

La Maison est vide sans toi

Et le chemin aussi, âpre, solitaire

Que la paix, la patience,

ta sagesse initiale te fassent cortège

Mahmoud, va

Réchauffe de tes pensées vertigineuses

Les deux mètres de tourbe dans ce petit cimetière

Calme et fleuri

Tu as inauguré les portes

Elles sont tellement lourdes maintenant.

 

Mahmoud mon frère, tu voyais loin, tout le temps

Pour nous, pour les autres, pour toi

la date de ton départ.

 

 

La nuit

 

La porte reste fermée à clé, la nuit.

Dans la chambre, des fillettes, une jeune fille.

Dehors un homme furieux, inassouvi, entre

De force. La nuit.

Au matin, les femmes ferment les yeux. Puis les ouvrent

Morts du silence.

Sauf l’homme qui tue, la nuit.

 

 

Djalila Dechache

Sociologue de formation, passionnée de littérature, auteure éditée (2 recueils poétiques et un récit familial), Djalila Dechache a bénéficié d’une résidence d’écriture à Vézelay, Maison de jules Roy, elle a complété son cursus universitaire avec une formation en Langue Arabe et Civilisation à L’institut des Langues Orientales à Paris. Elle anime des rencontres poétiques en plusieurs langues à Paris et des rencontres publiques avec des auteurs et auteures ainsi qu’un blog de critique littéraire.

 

Tableau de couverture : David Hockney

Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.