Poèmes de Rim Battal

Poèmes de la poétesse marocaine Rim Battal

 

Faim

Des corps ont passé et ton poing
Nu de tout poids
S’obstine à croire à la pertinence
Du coup qui part seul
Comme seul argument

C’est la table qui le reçoit
Il n’y a pas mort d’homme

Quel dommage ! Nous aurions
Eu peut-être un nouveau jour
Férié pour servir au dehors
Une soupe à la rue pleine
De dents qui croient
À la morsure comme seul argument

 

Vernaculaire

Quatorze heures, Tzara

La nudité tranquille de son corps comme élément
de langage d’une certaine nécessité
écrire sa nudité le plus tard possible
son corps tranquille et nu sur les draps

Nous prenons le temps que nous n’avons pas
nous folâtrons sur le coton d’Égypte
légers et nus

Parler de sa nudité
de sa façon d’être nu
la façon qu’a son corps d’être nu
la tranquillité caniculaire de son corps nu
comme élément de langage
d’une nécessité certaine :
le fer est sans issue pour les étoiles

Son corps tranquillement nu
solide et sain métal de transition ; fer
malgré l’abandon malgré la forêt
emballage tranquille de la terrible marée qui afflue
vers ma main quand je le caresse

Ce n’est pas un cinq à sept : nous cueillons le temps
son corps nu, tranquille, nom vernaculaire du désastre

I

Qui du maître ou de l’esclave

vit plus longtemps

vit plus heureux

vit plus vaillant

l’esclave connaît mieux le repos

le soleil et le contentement

le maître

est un mystère

II

Le bronzage est-il beau parce qu’il

rappelle le travail dans le champ

le chant et le coude et le bois coupé

ou pour ce qu’il figure du repos sans fin

et de l’oisiveté du maître

ainsi qu’on l’imagine

[mon bronzage est ma levée de bouclier]

III

J’infuse dans l’eau

je bulle

mesure mon souffle

j’oublie

que pour quelques cocktails

j’accepte

un bracelet électronique

tout le séjour durant

là où mon pouls bat

le plus fort

 

Poèmes de Rim Battal

Rim Battal est une artiste, poétesse et journaliste marocaine francophone.

Elle commence à se consacrer à la photographie artistique et à l’écriture après des études de journalisme à l’Institut Supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC) de Rabat.

Elle publie son premier recueil de poésie en 2015, aux éditions LansKine : « Vingt poèmes et des poussières ». Son deuxième recueil, « Latex » (2017) ainsi que « Transport commun » (2019) paraissent également aux éditions LansKine.

son site

Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *