La sculpteure Liliane Caumont

La sculpteure Liliane Caumont par Michel Bénard

Liliane Caumont est une artiste de grand talent, elle appartient à cette précieuse catégorie d’artistes-artisans où en premier lieu prédomine l’intelligence de la main, meilleur outil du prolongement de la pensée.

Liliane CAUMONT la guerre de troie Liliane CAUMONT la guerre de troie 2 Liliane CAUMONT la guerre de troie 3

La sculpture est un métier à part entière qui ne supporte pas le dilettantisme et impose un imaginaire créateur, de la novation avec une technique et expérience qui restitue le beau et imprègne une âme dans la matière.

 

La sculpteure Liliane Caumont

 

Liliane Caumont est une humaniste

Liliane Caumont est avant tout une humaniste qui sublimise les limites de la vie, et je songe au mythe de Pygmalion et de Galatée. L’artiste ici se doit de faire transcender la matière, lui insuffler l’étincelle de vie. D’esprit éclectique notre artiste oscille entre le tragique de l’existence, l’humour et la dérision.

Je me souviens d’un hommage merveilleux qu’elle a rendu à cette immense femme que fut Lucie Aubrac. L’œuvre est visible à l’entrée d’un parc de Montmorency.

Aucune technique du noble art n’échappe à Liliane Caumont, création, réalisation, fusion, ébarbage, patine, etc. Avec toutes les compétences professionnelles que ce métier impose. Ce qui implique également une grande proximité avec le fondeur. Oui vraiment, la sculpture est une longue histoire d’amour liée à la maitrise globale de cette discipline.

Chez Liliane Caumont j’ai connu des périodes de création très diverses. Plus décoratives à l’époque des céramiques, profondes, graves, mythologiques, humoristes, témoin de son temps, mais avec toujours plus d’humanité.

 

Confinement et déconfinement

Les œuvres présentées à « l’Espace Mompezat » ne sont pas le fruit du hasard, elles représentent un travail d’environ deux années couvrant la période pandémique que nous traversons encore. Cette situation n’est pas innocente, elle laisse derrière elle ses stigmates, les frustrations d’un confinement qui nous replie sur nous-mêmes et qui a bousculé bien des habitudes et idées reçues en soulevant toute la fragilité de notre société.

L’histoire ici racontée au travers de huit sculptures symbolise les diverses phases ayant bien altéré nos quotidiens. L’enfermement, la rupture des contacts, l’éloignement distanciel, le retour au corps, le droit de se retrouver, de se toucher à nouveau, la joie du déconfinement, l’élan charnel, la fusion humaine et malheureusement de nouveau l’incertitude et l’interrogation sur fond de guerre.

Peinture

Souffle Inédit

Magazine d'art et de culture. Une invitation à vivre l'art

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *